NEU 18 - Nhôtel, Neuchâtel NE

Années 2018
Tailles S
Client Ville de Neuchâtel
Coût 5 mio
Architectes IPAS Architectes et Planificateurs SA
Typologies Commerce
Statuts Projet
Commission Concours
© Visualisations Dunedin Arts AG
Team Egger Michel
Ott Eric
Marconato Loïc
Messerli Yannick
Gurtner Benjamin
Ruegsegger Amanda
Bellwald Léa
Sacchetti Loris
Da Cunha Liliana
Lieu Neuchâtel NE

Information

Description:

Concept architectural Le monde rétrécit de jour en jour, il devient de plus en plus accessible à notre regard. Aujourd’hui les auberges de jeunesse doivent séduire des clients devenus très hétéroclites. C’est pourquoi ces lieux empruntent l’architecture comme vecteur visuel pour transmettre au monde ce qui fait leur attraction. Ils sont devenus des berceaux d’authenticité, d’expériences spatiales et sociales qui rendent les séjours addictifs, qui font que les voyages passent d’un instant classique et un ‘truc’ plus profond. C’est pourquoi ‘Nôtel’ n’est pas un hôtel ; il tente de défaire et refaire ce monde banal, offre des espaces narratifs ouverts au rêve, à la saveur de la vie, à la merveilleuse dispersion du lâcher prise. Le bâtiment devient un organisme vivant propice aux plaisirs collectifs par l’exploration des espaces intérieurs ; il est un terrain de jeu et de rencontre. Organisation spatiale Chaque maison est plus qu’un assemblage de pleins et de vides, elle a un rythme unique qui structure l’espace, qui définit son usage d’origine. Ici deux tempos doivent cohabiter ; celui de l’école avec celui de l’auberge de jeunesse. C’est pourquoi les chambres ont pris la typologie d’un wagon-lit, permettant aux deux mesures de dialoguer au lieu de se juxtaposer. L’espace de circulation devient ainsi un lieu; celui du partage et du brouhaha. La chambre, la ‘Schnarchraum’ devient l’abri, le retrait du trop-plein social (possible en raison de la ventilation mécanique imposée par le label Minergie) Cette constellation typologique permet de réorienter l’édifice ; le hall d’entrée vient à la rencontre des visiteurs et tisse un lien avec les étages supérieurs. Il est l’empreinte du lieu, celle qui remonte à la mémoire. Architectonique La vie et ses besoins sont nécessairement perturbateurs. Raison pour laquelle nous avons choisi de construire dans l’ancien plutôt que de transformer. Cette stratégie permet de répondre aux exigences des normes actuelles (phonique, technique), de s’assurer de la pérennité de cette transformation, d’éviter un bricolage constructif, spatial et technique etc… La trame structurelle est constituée d’une colonne vertébrale qui se pose sur les fondations principales de l’immeuble. Les gaines techniques suivent un tracé court et direct passant par cette colonne verticale.