STB 17 - Maison lacustre, St-Blaise NE

Années 2017
Tailles S
Architectes IPAS Architectes et Planificateurs SA
Typologies Habitation
Coopération Weinmann Energies SA
Statuts En cours
Commission Mandat direct
© Visualisations Weinmann Energies SA, Dunedin Arts AG
Team Ott Eric
Egger Michel
Marconato Loïc
Haldi Edouard
Thiébaud Romain
Lieu Saint-Blaise NE

Information

Programme:

Construction d’une maison mitoyenne de deux niveaux composé de deux appartements, jardins, terrasses, piscine, spa et garages

Description:

Situation : Au bord du lac de Neuchâtel, le site jouxte les grands arbres du parc du manoir voisin. Le projet se positionne en retrait du lac pour dégager un grand jardin, mais s’avance assez pour créer une cour d'accueil avec le mur de pierre qui longe la route. Il profite de la topographie du site et fait le lien entre les niveaux de la cour et le jardin. Architecture : La majorité des maisons de dessinent selon le modèle de l’objet solitaire sans approfondir les expérimentations sensorielles propre à l’environnement urbain et/ou naturel dans lequel elles s’inscrivent. La mémoire collective et l’émotion ne sont jamais indépendantes d’une histoire ; ici elle est lacustre, indubitablement liée au lac et à sa nature. Aussi nous aimons penser qu’un lieu commence à exister lorsque le projet qui s’y implante fait le lien avec ce qui le caractérise. Raison pour laquelle nous avons puiser notre inspiration dans les maisons lacustres qui se distinguent par une grande toiture combinant une relation subtile entre l’intérieur et extérieur. La maison lacustre que nous proposons est une médiation existentielle entre le dedans et le dehors, la passé et le futur. Elle tente d’entrelacer les vies, les temporalités, elle veut se rendre inséparable du lieu, du jardin et du lac. La maison fiance deux respirations, celle de la nature et celle de l’humain ; d’où la nécessité d’un traitement attentif entre l’intérieur et l’extérieur qui combine les différents espaces avec l’environnement. La cour du rez-de-chaussée supérieur prépare à la rencontre, elle est l’entrée transitionnelle. Ensuite les espaces s’enchainent, créent des connivences avec les paysage et sa nature. Le toit devient donc indispensable pour définir l’’entre’, cette appartenance qu’il s’agit de consolider, cette main tendue vers l’espace saisonnalisé. Il est le dispositif essentiel capable de diluer la frontière entre dehors et dedans, architecture et nature, il combine tous ces espaces. L’objectif est de proposer un urbanisme aimant et une architecture aimable, afin que la rencontre soit amicale et déclenche un éveil émotionnel.